Cannabis, vers la légalisation ou la dépénalisation ?

Dans certains pays, la consommation du cannabis est légalisée. Alors que dans d’autres, elle est fortement réprimée. La France en fait partie de ces pays qui pénalisent le cannabis. Cependant, la répression a tendance à s’atténuer. Conscients des bienfaits du cannabis, certains législateurs souhaitent même légaliser son usage. Alors, le cannabis va-t-il être dépénalisé ?

Pourquoi faut-il dépénaliser le cannabis ?

Certes, le cannabis est une drogue. Néanmoins, des études ont montré qu’il procurerait plusieurs bienfaits sur le corps et l’organisme. D’ailleurs, depuis ces dernières années, la consommation de cannabis a haussé en double, ou même en triple. Pourtant, la loi française pénalise fortement l’utilisation et la consommation de cette substance. En pratique, cela ne fait qu’engraver la situation. Pour y remédier, plusieurs personnes pensent qu’il faudrait dépénaliser le cannabis, et ceci pour plusieurs raisons.

Pour commencer, l’interdiction du cannabis ne fait que favoriser la violation de la loi en matière d’usage de cannabis. Actuellement, on compte près de 700 000 consommateurs de cannabis en France. Ces derniers prennent du cannabis quotidiennement. La plupart d’entre eux sont même dépendants de cette drogue. Alors, ils doivent se ravitailler tous les jours. Comme l’achat et la vente de cannabis sont interdits en France, ils se tournent vers le marché illicite, qui leur procurent plus de stupéfiants. D’ailleurs, étant un marché rentable, les fournisseurs se multiplient de plus en plus. D’autant plus que les moyens de répression semblent ineffectifs.

Ensuite, la lutte contre l’usage de cannabis entraîne des coûts énormes pour l’État. En effet, ce dernier consacre chaque année plus de 800 millions d’euros, afin de prévenir et de faire appliquer la loi sur le cannabis. Ce budget est réparti entre la douane (chargée de la vérification des entrées et sorties de cannabis dans le territoire), les gendarmes (chargés de réprimer le cannabis) et les services judiciaires (pour les litiges contentieux). Or, en réalité, l’État n’arrive pas encore à assurer cet objectif. Il s’agit juste d’une perte d’argent dans le budget de l’État.

Le cannabis aurait aussi plusieurs bienfaits sur l’organisme. Il aide à lutter contre de nombreuses maladies : l’Alzheimer, l’épilepsie …. Il ralentit ou prévient contre les tumeurs au niveau du cerveau. Il est aussi capable d’éliminer les cellules mortes, et les remplacent par de nouvelles cellules. Enfin, il a de très bons effets sur la psychologie. Il aide à mieux se détendre, se relaxer. Il apaise la dépression ainsi que les angoisses.

La France, va-t-elle entamer la dépénalisation ou la légalisation du cannabis ?

Malgré les avantages apportés par le cannabis, la France est encore loin du processus de dépénalisation de celui-ci. Certes, la loi a déjà atténué la répression, en imposant seulement des amendes aux délinquants. L’emprisonnement n’apparaît qu’après des circonstances aggravantes comme la récidive.
Cependant, le Parlement ne fait pas faveur à la légalisation du cannabis. La France ne va donc pas suivre la tendance des autres pays, qui sont favorables à la consommation du cannabis récréatif. Parmi ces pays, se trouvent le Canada et les États-Unis.

Quelles seraient les conséquences d’une dépénalisation du cannabis ?

Si le Parlement français a décidé de toujours réprimer le cannabis, c’est pour éviter des risques dangereux. Malgré les bienfaits thérapeutiques du cannabis, il reste avant tout une drogue nocive. Ses effets médicaux ne sont visibles que lorsque l’usage est occasionnel. Quand il est répété, le résultat obtenu est le contraire. Le cannabis est aussi un fort stimulant, son usage simple peut inciter l’individu vers l’abus, voire même la dépendance. Et quand un drogué atteint ce niveau, il devient difficile de le traiter. De plus, cela ne fera qu’augmenter les charges de l’État, qui devra encore trouver des moyens pour le soin des délinquants.

An quoi sert le cannabis thérapeutique ?
Cannabis au volant, une conduite à risque