Les effets secondaires à la prise de cannabis

De nombreuses personnes consomment du cannabis pour mieux se sentir ou pour se relaxer. Des études ont même montré que le cannabis procurerait des bienfaits sur la santé. Or, ces bienfaits sont juste à court terme. En réalité, le cannabis entraîne des effets secondaires, très nocifs pour le corps. En voici quelques exemples.

Le cannabis entraîne de nombreuses maladies physiques.

Aujourd’hui, de nombreuses idées circulent concernant le cannabis. Certains pensent qu’il est toxique, alors que d’autres insistent sur ses bienfaits. Certes, le cannabis peut régénérer les cellules cancéreuses. Il procure même du bien-être chez son consommateur. Cependant, cette sensation reste temporaire, à court terme. En réalité, le cannabis entraîne de nombreux effets secondaires sur la santé. Sa consommation régulière peut provoquer la survenance de plusieurs maladies.

Premièrement, les fumeurs chroniques de cannabis sont susceptibles de subir des risques d’infarctus. En fait, le cannabis favorise la production de plaques d’athéromes dans le cœur. Ces derniers sont les facteurs des lésions coronaires, qui sont les sources les plus imminentes de l’infarctus. Le cannabis augmente même la pulsation cardiaque, de 100 à 140 par minute.

Deuxièmement, ce stupéfiant provoque des troubles du cerveau. Celui-ci devient moins actif et moins réceptif. Son fonctionnement diminue, ce qui entraîne un manque de concentration fréquent, une perte de mémoire immédiate et des maux de tête répétées. Si le patient n’est pas traité à temps, il pourrait ressentir des hallucinations, ou pire de l’euphorie.

Troisièmement, il favorise la dilatation des vaisseaux sanguins, c’est la raison qui explique les yeux rouges et secs.

Le cannabis entraîne des troubles psychiques.

Un autre effet secondaire du cannabis concerne les troubles psychiques. Même si le cannabis peut aider à soulager la dépression, cela ne dure que quelques heures. Au contraire, le cannabis est une vraie source d’angoisse et d’anxiété. L’intensité de ces sentiments varie en fonction du taux de THC à l’intérieur du cannabis. Plus celui-ci est élevé, plus l’effet est visible.

Mais le cannabis provoque également le sentiment de solitude. À force d’être déprimé, le fumeur s’éloigne de plus en plus de son entourage. Il se livre donc dans un profond isolement et se déconnecte avec le monde réel.

Enfin, le cannabis provoque des hallucinations étranges. Aux yeux du fumeur, il s’agit d’un état de libération, d’apaisement. Mais pour les autres, il s’agit plutôt d’un état de démence, voire de folie. Il est donc fréquent de voir des drogués, parler de choses insensées et difficiles à décrypter.

Le cannabis pousse le consommateur vers la dépendance.

En plus d’être apaisant, le cannabis a aussi un bon goût. Il est donc un stupéfiant qui attire de nombreuses personnes, surtout les plus jeunes. Cependant, il ne faut jamais oublier que le cannabis est avant tout une drogue. Il contient donc des substances à caractère stimulant. Ces substances incitent l’individu à le consommer davantage. Même si le fumeur souhaite juste utiliser le cannabis de manière récréative, il pourra tomber vers la dépendance. Or, lorsque cette phase intervient, il devient difficile de soigner le patient.

Par ailleurs, le cannabis est une drogue douce. Ses effets secondaires n’apparaissent pas immédiatement. L’utilisateur pourrait donc croire qu’il ne procure aucun risque au moment de la consommation. Cela le pousse à toujours le consommer, d’où l’intervention du stade de dépendance.

Pour conclure, le cannabis n’est pas une drogue à prendre à la légère. Bien que des études ont montré ses bienfaits corporels, ses effets secondaires restent considérables. Il faut donc le prendre de manière modérée, et suivant les limites imposées. Ainsi, il y aura moins de risques à encourir. De même, il est fortement déconseillé aux adolescents qui ont encore un système immunitaire faible.

Qu’est-ce qu’un « bad trip » ?
Les effets du cannabis sur le cœur et le cerveau