mercredi, décembre 13, 2017
Cannabis actualités

Du tribunal à la simple contravention, les addictologues sont inquiets

La semaine dernière, Gérard Collomb (Ministre de l’Intérieur) a fait savoir que le Gouvernement comptait modifier la loi de 1970. Fini le délit passible du tribunal correctionnel (1), l’usage du produit sera désormais sanctionné d’une simple contravention. « Cette annonce ne sera qu’une impasse de plus si elle n’est destinée qu’à alléger les procédures pour renforcer l’action répressive de la police », s’inquiète la Fédération Française d’Addictologie (FFA) dans un communiqué publié ce lundi.

La FFA rappelle que la loi de 1970, en liant volet répressif et volet sanitaire, permettait aux usagers d’accéder aux soins. La Fédération demande ainsi une concertation entre plusieurs Ministères (2) et les acteurs de la prévention et des soins. « Il nous faut (…) définir un nouvel équilibre entre les actions de sécurité publique et une vraie politique de prévention, d’éducation et d’intervention précoce », conclut-elle.

(1) Et donc de la prison !

(2) Les Ministères des Solidarités et de la Santé, de la Justice, de l’Intérieur et de l’Education nationale.

Source : Imène Hamchiche le 30/05/2017

Vous aimez cet article? Partagez-le

4 Commentaires

  1. marlène boyer 30 mai 2017 à 18 h 13 min

    A la demande générale, nous exigeons la légalisation de la ganja. Qu’est ce que la ganja ? C’est une plante naturelle qui pousse dans la terre tel le persil, ciboulette ou bouquet garni ! A la demande générale nous vous demandons d’enlever vos oeuillères et arrêter de vous voiler la face ; Légaliser la ganja permet de rétablir les finances dans le pays et stopper ce raisonnement archaïque et incohérent voire hypocrite sachant que l’état taquinent avec les dealers non pas pour la ganja mais bien pour la coco ! A BON ENTENDEUR !

  2. Hamers 2 juin 2017 à 17 h 45 min

    Tout à fait d’accord avec le commentaire ci-dessus. Les gosses qui fument du cannabis et de la marijuana ne se mettraient plus en danger en étant obligés de fréquenter des dealers qui vendent également des drogues dures. De plus cela leur permettrait d’avoir accès à des soins palliatifs et, ce qui ne gâche rien, pourrait reboucher une partie du trou de la sécu. Bref que du bénef.

    • Hamers 2 juin 2017 à 18 h 02 min

      Que voulez-vous dire par  » en attente de modération ? « 

Laisser une réponse